la librairie passe aux horaires d’été

pendant tout le mois d’août, je dis bien TOUT le mois d’août, la librairie passe aux horaires d’été!


« magic charly », audrey alwett

[lu par Charlotte]

Un univers plein d’humour et de magie qui n’a rien à envier à celui d’un célèbre petit sorcier à lunettes…!

Magic Charly est une réussite de bout en bout à découvrir sans plus tarder!

dès 12 ans

Audrey ALWETT, Magic Charly, 1: L’Apprenti. Gallimard, « Folio junior », 2022.


compte mail débloqué

après 4 jours de blocage du compte mail de la librairie, celui-ci vient, à l’instant, d’être débloqué — grande rapidité de traitement de notre demande…


nous découvrons donc ce soir les très nombreux mails reçus depuis lundi 18

merci d’être clément.e.s et patient.e.s envers vos libraires qui vont mettre le turbo vapeur pour écluser la barque, mais celle-ci est quelque peu chargée!
l’adresse temporaire communiquée hier est désormais inutilisable

l’adresse du canal historique est rétablie et demeure donc :
lalibrairie-clermont@orange.fr

« Rigide comme un cyclamen
Il chevauchait son cycle, Amen »
(la technique vue par Alphonse Allais — on rêve avec délices des rimes riches qu’aurait pu faire le grand Alphonse sur Internet…)


silence mail…

Une panne Orange bloque l’accès à la boîte mail de la librairie depuis 3 jours. Merci Orange.

Si on ne vous répond pas, ce n’est donc pas parce que nous sommes en train de prendre une bière en terrasse chez nos voisins du Bar de la Cathédrale… 

Le téléphone, en revanche, fonctionne… on se contente de peu finalement.

Cette panne d’accès à la messagerie nous empêche évidemment de prendre connaissance et donc de traiter vos commandes envoyées depuis le site Chezmonlibraire.

Étant donné que le service technique d’Orange ne peut donner une date quant au rétablissement du réseau, voici une adresse mail TEMPORAIRE que vous pouvez utiliser aujourd’hui si urgence ou demande spécifique qui ne pourrait se faire par téléphone :

lalibrairiedeclermont@gmail.com

Par ailleurs, la livraison habituelle de mardi n’ayant eu lieu qu’aujourd’hui, des retards sont donc probables pour vos commandes en cours. Si les commandes que vous attendez sont cependant bien réceptionnées par nous aujourd’hui, vous risquez de ne pas recevoir l’habituel message d’alerte vu les problèmes de réseaux Orange.

La vie est belle, n’est-il pas ?


14 juillet…

On raconte que le 14 juillet, en toute fin de journée, il plut. Je n’en suis pas très sûr. Les avis divergent. Ce qui est certain, c’est qu’il y eut une pluie de papier. On balança en l’air les archives de l’ordre, registres d’écrou, requêtes demeurées sans réponse, livres de compte, que l’on vit planer, voleter, se poser sur les toits, dans la boue, sur les arbres, dans les fossés crasseux de la forteresse. Les badauds regardaient ses brassées de feuilles, de pages, de cahiers, jetées par les fenêtres. On aurait dit une manière d’aumône, de don à tout et à rien. Les livres tombaient, les feuilles neigeaient.

On devrait plus souvent ouvrir nos fenêtres. Il faudrait de temps à autre, comme ça, sans le prévoir, tout foutre par-dessus bord. Cela soulagerait. On devrait, lorsque le cœur nous soulève, lorsque l’ordre nous envenime, que le désarroi nous suffoque, forcer les portes de nos Élysés dérisoires, là où les derniers liens achèvent de pourrir, et chouraver les maroquins, chatouiller les huissiers, mordre les pieds de chaises, et chercher, la nuit, sous les cuirasses, la lumière comme un souvenir.

Oui, on devrait parfois, lorsque le temps est par trop gris, lorsque l’horizon est par trop mort, ouvrir les tiroirs, briser les vitres à coups de pierres, et jeter les papiers par la fenêtre. Les décrets, les lois, les procès-verbaux, tout ! Et cela choirait, s’effondrerait lentement, pleuvrait dans le caniveau. Et il tournoieraient dans la nuit, comme ces papiers gras qui, après la foire, tourbillonnent sous les manèges. Ce serait beau et drôle et réjouissant. Nous les regarderions tomber, heureux, et se défaire, feuilles volantes, très loin de leurs tremblements de ténèbres.

Éric VUILLARD, 14 juillet. Actes Sud, 2016.


« Ô Sisters », Julia Billet et Cécile Roumiguière

[lu par Charlotte]

1974. Par une lettre de leur excentrique grand-mère, Janig et Macha, 16 ans, viennent d’apprendre qu’elles sont sœurs. L’une vit à Narbonne, l’autre à Saint-Denis ; chacune va se lancer dans un périple à travers la France pour rencontrer cette sœur insoupçonnée et dévoiler, enfin, les lourds secrets pesant sur leur famille…

Un roman au parfum de maison bleue adossée à la colline, à lire en écoutant les Beatles, Nina Simone ou Bowie.

dès 14 ans

Julia Billet et Cécile Roumiguière, Ô Sisters. École des loisirs, 2022.


horaires d’été


kit de survie pour l’été

le voici le voilà : notre traditionnel kit de survie pour l’été!

et, cette année, dans notre fameuse rubrique « allez cet été, je m’y mets! » :

— en littérature française : Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo (« Folio »)– sélectionné par Charlotte

— en littérature étrangère : Les Raisins de la colère, de John Steinbeck (trad. de l’anglais par Marcel Duhamel et Maurice-Edgar Coindreau, « Folio »)

et, en rab’ (il faut toujours du rab’!) :

— lisez/relisez le très beau roman de Edward Morgan Forster, « Howards End, le legs de Mrs. Wilcox » (trad. de l’anglais par Charles Mauron. Le Bruit du Temps) : publié en 1910, ce roman mêle très habilement satire sociale, humour, psychologie — et l’esprit d’un lieu inoubliable : Howards End…


album jeunesse en ukrainien

en soutien aux éditions ukrainiennes KPOKYC, les éditions l’école des loisirs distribuent en France quelques titres de cette maison qui a dû arrêter son activité éditoriale en raison de la guerre.

si vous hébergez de jeunes Ukrainiens, cet album est destiné aux 3-5 ans.

#ukraine #albumjeunesse #clermontferrand


un chat parmi les livres

et voilà le résultat : le chat de Charlotte prend ses quartiers d’été sur la vitrine jeunesse de la librairie!

« un chat passant parmi les livres » (Guillaume Apollinaire, Bestiaire)