réorganisation horaires d’ouverture

💥attention : problème d’organisation pour l’ouverture en continu de vendredi et samedi!💥
la librairie devra rester fermée entre 12h30 et 14 heures vendredi 9 et samedi 10
à suivre ici tout prochainement l’organisation des semaines à venir


librairie essentielle = librairie ouverte

Il n’y a pas que les huiles qui le sont : depuis quelques semaines, les librairies le sont donc devenues aussi, essentielles!

En ces temps épatants où les instances exigent de nos corps confinements, déconfinements, reconfinements,

en ces temps épatants où nos corps malmenés épuisent nos esprits,

en ces temps épatants où la pensée ne peut plus circuler sur les plateaux de théâtre, sur un écran de cinéma, sur les bancs d’université,

n’oubliez pas que vos esprits, eux, ne le sont pas, confinés : des auteurs et des éditeurs sont toujours bien là pour vous le rappeler, pour vous secouer les puces, vous sortir de la léthargie et redonner du souffle à une pensée mise sous assistance respiratoire.

Les portes des librairies seront donc bien ouvertes dans des rues où d’autres devront malheureusement rester fermées pour plusieurs semaines (certaines s’entrebâilleront pour du « clique et rapplique », ne les oubliez pas !).

«À la saint-Marcellin, à la librairie tu iras de bon matin»

Comme le veut ce célèbre proverbe bantou, à partir du mardi 6 avril, les horaires seront adaptés une nouvelle fois (et quelque chose me dit que ce ne sera pas la dernière…) : on se dira bonjour dès 9h30 et au revoir à 18h30

en résumé, cela donne :

du mardi au jeudi : 9h30-12h30 // 14h-18h30

vendredi et samedi, en continu : 9h30-18h30

«à la saint-Marcellin, à la librairie tu iras avec justificatif en main»

Comme le veut ce célèbre proverbe du bas bantou, il vous faudra vous remettre dare-dare aux bases de la géométrie euclidienne, à savoir calculer votre périmètre de circulation à partir d’un rayon de 10 km.

Une fois votre aire calculée, c’est tout simple :

– soit vous êtes à 10 km de la librairie et vous vous y rendrez avec, dans votre besace, uniquement un justificatif de domicile ;

– soit vous êtes à plus de 10 km de la librairie (mais dans la limite des 30 km et du département) et vous vous y rendrez avec votre super nouvelle « attestation de déplacement dérogatoire » que vous aurez remplie en cochant la case 6 : « Achats, établissements culturels ou lieux de culte (au sein de mon département*) Déplacements pour effectuer des achats de première nécessité, pour les retraits de commandes, ou pour bénéficier de prestations de service. »

«La logique mène à tout, à condition d’en sortir.» (Alphonse Allais, Pas de bile)


« la marche du canard sans tête »

La lecture décapante du jour : La Marche du canard sans tête de Iegor Gran !
Gran poursuit ici sa critique féroce de nos petites vies dans ce grand chaos né de la crise Covid-19, des petites vies malmenées par un pouvoir politique qui semble en improvisation quotidienne totale…
à lire dare-dare en cas de baisse de tonus : sortie de léthargie garantie!


Iegor GRAN, La Marche du canard sans tête. Editions POL, 2021.


bon réveil!

bon réveil!
7h28, aujourd’hui : le soleil est toujours bien au rendez-vous ce matin au sommet du Puy de Dôme!
« C’est pourquoi j’ai cessé de dormir à l’intérieur. Une maison est trop petite, trop limitée. Je veux le monde entier, et aussi les étoiles. »
(Sue HUBBEL, Une Année à la campagne — vivre des questions, trad. de l’anglais par Janine Hérisson. Gallimard, Folio.)


jeudi 1er avril : fermeture inventaire

la date du rituel inventaire annuel de la librairie approche — dans la joie, le bonheur et le «bip» du lecteur code-barres

💥 la librairie sera donc fermée au public jeudi 1er avril toute la journée (et ceci n’est pas une blague) 💥

d’ici là, merci de venir retirer vos commandes arrivées à la librairie : ce sera ça en moins de volumes à scanner!

réouverture de la librairie, vendredi 2 avril, à 10 heures
attention, fragiles du cœur s’abstenir de venir dès l’ouverture : le rangement de la librairie ne sera sans doute pas au top dès 10 heures 😀


festival Littérature Au Centre 2021

Le Festival Littérature Au Centre 2021 démarre!
Évidemment, le programme est bouleversé du fait de la crise sanitaire mais toutes les informations d’animations alternatives sont mises à jour sur la page Facebook du festival et leur site : https://litteratureaucentre.net/
à vos claviers, donc!

Le thème cette année est « littérature et animal » : la vitrine est bien trop petite pour mettre en avant tous les livres qui mettent en lumière ou dans l’ombre le sujet! et encore, on ne vous parle pas de la littérature jeunesse!
Si nous avions eu une autre grande vitrine, j’y aurais mis également tous les ouvrages dont les titres mentionnent un animal dont il n’est même pas question dans le déroulé du roman : et il y en a 🙂!


yves ravey dans tous ses états

1 Ravey sinon rien! Plutôt 2 Ravey ce printemps :
— un roman, «Adultère», qui vient de paraître chez Les Éditions de Minuit
— un dossier consacré à sa Panoplie littéraire dans la malicieuse revue Décapage Revue Littéraire

On retrouve avec un vif plaisir l’écriture d’Yves Ravey qui sait mieux que quiconque emmener son lecteur vers des pistes qui n’en sont pas.
Jouant avec nos nerfs grâce à l’utilisation de ce temps si particulier qu’est le passé composé, marque de fabrique «raveytienne» s’il en est, qui nous fait attendre quelque chose sans qu’on sache quoi et qui, au moment où on se dit «ah ça y est, on y est», repasse à l’imparfait, comme une boîte de vitesse en sorte, mais que seul l’auteur maîtrise évidemment : on monte une vitesse, on s’y sent en sécurité et, vlan, on rétrograde, puis on remonte.
La mécanique, Ravey s’y connaît, après une vingtaine de textes publiés (romans, pièces de théâtre) sans compter des «essais» sur l’art.
Une vraie mécanique, parfaitement huilée comme toujours, et ça tombe bien ici puisque l’action se situe dans une station-service – on n’en dira pas plus!

Le dernier numéro de Décapage Revue Littéraire (numéro 63 : un bon chiffre vu d’ici!), justement, nous permet d’en savoir un peu plus sur l’univers d’Yves Ravey : à lire donc sans modération! Une revue impeccable, où la malice se trouve même dans les détails les plus prosaïques que peuvent constituer un feuillet d’abonnement, la liste des petites mains qui façonnent périodiquement les pages et bien d’autres détails. Et une couverture dessinée par le grand Berberian quand même!


« la face nord du cœur »

Le 25 août 2005, la tempête tropicale Katrina touche le sud de la Floride et continue sa course vers les côtes de La Nouvelle-Orléans.

Le 26 août , la tempête est requalifiée en ouragan ; l’ordre est donné d’évacuer volontairement les côtes de La Nouvelle-Orléans dont certains secteurs se situent 6 mètres en dessous du niveau de la mer – ce n’est que le 28 août que l’ordre d’évacuation obligatoire est donné.

La jeune espagnole Amaia Salazar, de la police forale de Navarre, est au siège du FBI en Virginie pour y suivre une formation de profileuse ; elle s’y fait remarquer par son sens aigu de la déduction.

Il n’en faut pas plus à l’agent Dupree pour l’intégrer à son équipe : un tueur en série semble officier rituellement lors de catastrophes naturelles.

Le 25 août, Dupree et Salazar partent à La Nouvelle-Orléans avec une certitude : y trouver et identifier le tueur en série qui ne pourra pas résister à l’appel de la force destructrice de l’ouragan.

Les bayous et leur torpeur tropicale attendent tranquillement la jeune Salazar et l’agent Dupree qui y retrouveront chacun leurs propres démons.

Redondo nous entraîne dans une course contre la montre parfaitement maîtrisée, au milieu d’une ville livrée au chaos total, abandonnée par ses représentants locaux, gouvernementaux, étatiques – une ville à laquelle on ne comprend rien si on néglige son histoire culturelle pétrie de magie et de vaudou.

Vous avez entre les mains un sacré bon roman : on voudrait ne pas l’avoir encore lu pour le découvrir sans tarder !

Dolorès REDONDO, «La Face nord du cœur», trad. de l’espagnol par Anne Plantagenet. Gallimard, « Série Noire », 2021.


« personne n’a le droit de me dire ce que j’ai le droit de traduire ou pas »

merci André Markowicz pour votre tribune publiée dans Le Monde des livres (12 mars 2021)


retour aux horaires de fermeture habituels

suite aux annonces gouvernementales d’hier soir, la librairie reprendra dès samedi 20 mars ses horaires de fermeture habituels, soit 19 heures

pour mémoire donc, voici les horaires complets :

— du mardi au jeudi : 10h-12h30 // 14h-19h

— vendredi et samedi, en continu : 10h-19h

à part ça, il neige à Clermont et le printemps c’est demain!