le divan de staline, de jean-daniel baltassat

le divan de stalineNovembre 1950. Staline se retire quelques jours dans le palais de Likani, à Borjomi, sa Géorgie natale.

L’y attendent la Vodieva, sa maîtresse de longue date, et Danilov, un jeune peintre, prodige du réalisme socialiste, chargé de concevoir une œuvre inouïe à la gloire du Petit Père des Peuples.

Dans le bureau de ce palais décadent se trouve un divan, identique à celui qu’avait Freud à Londres.

Staline, vieux, usé, n’en a pas pour autant perdu le goût de la manipulation : il décide de jouer au grand jeu du Charlatan viennois avec la Vodieva. Il prendra donc place sur le divan et la Vodieva s’installera dans le fauteuil, pour y écouter et interpréter les rêves qu’il lui livrera.

Pendant ce temps-là, le jeune Danilov subira les interrogatoires du redouté général Vlassik.

Baltassat signe ici un beau roman crépusculaire où la vérité et le mensonge se jouent une partie serrée.

« Les yeux de Staline te regardent, camarade, détourne les tiens et tu verras la Kolyma. »

Jean-Daniel BALTASSAT, Le Divan de Staline. Seuil, 2013. 312 p. 20 €

Publicités

prochaine rencontre : jean-daniel baltassat, vendredi 6 décembre

Baltassat 6 décembre 2013