la librairie en danger

certaines et certains d’entre vous le savent déjà : depuis plusieurs semaines, l’avenir de la librairie est gravement menacé et une fermeture est malheureusement possible avant l’été
après l’abattement total des jours d’avril, l’état d’esprit est, aujourd’hui, de se battre jusqu’au bout, de ravaler sa fierté et de dire tout haut le danger — de tirer la dernière cartouche en lançant un projet de financement participatif via la plateforme Ulule
la situation financière de la librairie s’est totalement dégradée en 2015 quand des travaux de ravalement de façade ont débuté en janvier pour s’achever fin avril, ayant occulté totalement la librairie pendant des mois; les clients ont fui et ne sont revenus que petit à petit — trop lentement au goût du banquier
pourquoi continuer à se battre?
  • parce que depuis janvier 2016, soit un an après ces fichus travaux, un élément positif se distingue dans le brouillard : une hausse régulière de la fréquentation
  • parce qu’il paraît que je suis têtue (et il n’y a pas que ma marraine qui le pense)

retrouver le seuil de 2015 va être long : j’y crois quand même mais nous n’y arriverons pas seules

d’où ce projet Ulule, monté en une semaine grâce à l’énorme implication du fiston aîné, Tilin, pour la réalisation de la vidéo qui ouvre la page de la librairie sur Ulule; voici le lien (à copier-coller dans la barre de votre navigateur) :

https://fr.ulule.com/de-plus-en-moins/
on a 40 jours pour trouver le financement nécessaire et maintenir la librairie ouverte (tout est détaillé sur Ulule) : le compte à rebours a commencé hier
d’autres librairies ont été sauvées par un financement Ulule; pourquoi pas celle-ci? il faut en parler autour de soi, en reparler, que l’effet boule de neige fonctionne à plein, untel qui relaie auprès d’untel qui relaie auprès d’untel, etc., chacun devenant ambassadeur en quelque sorte — je sais, ça demande beaucoup d’énergie, d’envie alors que nous sommes sollicités de toutes parts
soutenir la librairie, ce n’est pas seulement soutenir une équipe mais c’est aussi maintenir un lieu de proximité, en centre ville, où l’on discute, on flâne, on rêve — bref, un lieu vivant
dm continue
Publicités