un livre envoûtant : une forêt profonde et bleue, de marc graciano

graciano foretL’arrivée des cartons de livraison des nouveautés relève toujours, malgré les années, d’un état d’excitation que l’on pourrait rapprocher sans peine de celui, lié à l’enfance, de l’ouverture de paquets cadeaux.
Trouver dans ces cartons, Une forêt profonde et bleue, le nouvel ouvrage de Marc Graciano, paru chez Corti, était déjà une promesse de réjouissance : sa lecture, ininterrompue, le confirme amplement.
Une fille, la fille, chevauche, à la tête de cinq guerriers, à travers des monts boisés. Une bataille s’engage, elle est capturée, torturée. On la retrouve, errante, dans cette même forêt. Un ermite, chaman, le mège, la soignera.
La phrase de Graciano porte au dépaysement. Or, tout est paysage dans ce texte porté par une phrase longue, puissante, poétique. Une phrase parfaitement scandée par un et, par un puis : comme une tentative de décrire les gestes, les lieux ; une tentative d’énoncer, de dire alors que la parole est absente.
C’est envoûtant et parfaitement réussi.
Le hasard de l’ordre alphabétique fait que Graciano se trouve rangé sur un rayon de bibliothèque à côté d’un certain Gracq – le hasard ne peut pas toujours être et géographique et éditorial…            [DM]

Marc Graciano, Une forêt profonde et bleue. Corti, 2015. 206 p. 20 €
à lire aussi, du même auteur : Liberté dans la montagne. Corti, 2013. 320 p. 19,50 €

Publicités