confiteor, de jaume cabré

la rentrée se fait, comme chaque année, sur les chapeaux de roues, le temps file et les nouveautés arrivent par flux

sans attendre davantage, ce court billet sur un livre tout simplement brillant : Confiteor, de Jaume Cabré

confiteor

un livre-monde de 800 pages, d’un auteur catalan encore peu connu en France

une narration explosée, parfaitement maîtrisée, qui nous emmène de l’Inquisition à Auschwitz en passant par la guerre d’Espagne et les années du franquisme; un violon, fabriqué par un luthier au XVIIIe siècle, fait le lien entre les multiples personnages

rompant avec l’habituel roman polyphonique qui alterne les points de vue de personnages en chapitre distinct, Cabre plonge ici son lecteur, sans le perdre jamais, dans une narration extrêmement fluide où il est question de mémoire, de création, de banalité du Mal et où l’humour a aussi toute sa place

Jaume Cabré, Confiteor, trad. du catalan par Edmond Raillard. Actes Sud, 2013. 784 p. 26 €

Publicités