rentrée littéraire (sur le vif 2)

Après celui de Mathieu Riboulet, l’autre livre très attendu de cette rentrée est celui de Patrick Deville, Peste & choléra.

Deville nous avait régalés avec Équatoria et Kampuchéa (voir le billet publié sur le blog l’année dernière au sujet de Kampuchéa).

On savoure avec autant de jubilation ce nouveau texte.

Deville met ici de côté le Je narrateur et les multiples personnages qui se croisaient dans ses textes précédents  pour se focaliser sur un homme, Alexandre Yersin (1863-1943).

C’est Yersin qui, en 1894, isolera le bacille de la peste, à Hong-Kong — yersinia pestis

Médecin, biologiste, curieux de tout, il mènera plusieurs missions d’exploration en pays Mois (Indochine) et découvrira le plateau du Lang-Bian. Cet explorateur est également un botaniste doué qui introduira l’hévéa en Indochine : la première récolte de latex, en 1904, est acheté par l’entreprise Michelin…

Deville réussit une fois de plus à mêler habilement érudition, souffle romanesque et Histoire.

 

Patrick DEVILLE, Peste & choléra. Seuil, 2012. 219 p. 18 €

à noter : la parution simultanée de l’édition poche de Kampuchéa (Seuil, « Points », 2012. 255 p. 6,70 €)

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s